Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Nous sommes encore au mois d’octobre et je décide de participer au challenge que se donnent certains illustrateurs de publier sur la toile des dessins faits seulement à l’encre. C'est l'"inktober". Bien sûr, le vrai challenge, j’ai cru comprendre, c’est de publier chaque jour du mois d’octobre un dessin à l’encre. Chose impossible avec trois enfants en bas âge. Le premier dessin avec les sorcières était comme vous l’aurez remarqué, déjà un dessin à l’encre. SUivent quatre petits dessins apparaissant en négatif sur un carnet moleskine avec des lignes. Les zones blanches forment le dessin. On peut y voir, tout d’abord, une maman (je ne sais pas trop comment la caractériser, mais les mots « dame » « femme » « jeune femme » ne me satisfont pas) qui voudrait discuter de _____________________, sujet qui lui tient à coeur. Le même personnage apparaît en pleine réflexion sur le deuxième dessin avec devant elle une feuille blanche. Manque d’inspiration ? Sur le troisième, elle demande à sa fille de patienter un peu avant qu’elle ne s’occupe de son problème (probablement une énième dispute avec sa soeur qui lui a déchiré son album) et enfin sur le dernier, on voit la maman qui fait un petit spectacle de marionnettes qui amuse le bébé mais aussi la petite fille tandis que la grande aimerait elle aussi participer et a apporté sa propre marionnette. Le papa fait des bulles par derrière pour ajouter des effets spéciaux au spectacle familial. Sur les quatre dessins, on retrouve deux éléments communs : la table et le pinceau. J’ajoute à cela un autre dessin. Nous sommes encore au mois d’octobre et je décide de participer au challenge que se donnent certains illustrateurs de publier sur la toile des dessins faits seulement à l’encre. C'est l'"inktober". Bien sûr, le vrai challenge, j’ai cru comprendre, c’est de publier chaque jour du mois d’octobre un dessin à l’encre. Chose impossible avec trois enfants en bas âge. Le premier dessin avec les sorcières était comme vous l’aurez remarqué, déjà un dessin à l’encre. SUivent quatre petits dessins apparaissant en négatif sur un carnet moleskine avec des lignes. Les zones blanches forment le dessin. On peut y voir, tout d’abord, une maman (je ne sais pas trop comment la caractériser, mais les mots « dame » « femme » « jeune femme » ne me satisfont pas) qui voudrait discuter de _____________________, sujet qui lui tient à coeur. Le même personnage apparaît en pleine réflexion sur le deuxième dessin avec devant elle une feuille blanche. Manque d’inspiration ? Sur le troisième, elle demande à sa fille de patienter un peu avant qu’elle ne s’occupe de son problème (probablement une énième dispute avec sa soeur qui lui a déchiré son album) et enfin sur le dernier, on voit la maman qui fait un petit spectacle de marionnettes qui amuse le bébé mais aussi la petite fille tandis que la grande aimerait elle aussi participer et a apporté sa propre marionnette. Le papa fait des bulles par derrière pour ajouter des effets spéciaux au spectacle familial. Sur les quatre dessins, on retrouve deux éléments communs : la table et le pinceau. J’ajoute à cela un autre dessin.
Nous sommes encore au mois d’octobre et je décide de participer au challenge que se donnent certains illustrateurs de publier sur la toile des dessins faits seulement à l’encre. C'est l'"inktober". Bien sûr, le vrai challenge, j’ai cru comprendre, c’est de publier chaque jour du mois d’octobre un dessin à l’encre. Chose impossible avec trois enfants en bas âge. Le premier dessin avec les sorcières était comme vous l’aurez remarqué, déjà un dessin à l’encre. SUivent quatre petits dessins apparaissant en négatif sur un carnet moleskine avec des lignes. Les zones blanches forment le dessin. On peut y voir, tout d’abord, une maman (je ne sais pas trop comment la caractériser, mais les mots « dame » « femme » « jeune femme » ne me satisfont pas) qui voudrait discuter de _____________________, sujet qui lui tient à coeur. Le même personnage apparaît en pleine réflexion sur le deuxième dessin avec devant elle une feuille blanche. Manque d’inspiration ? Sur le troisième, elle demande à sa fille de patienter un peu avant qu’elle ne s’occupe de son problème (probablement une énième dispute avec sa soeur qui lui a déchiré son album) et enfin sur le dernier, on voit la maman qui fait un petit spectacle de marionnettes qui amuse le bébé mais aussi la petite fille tandis que la grande aimerait elle aussi participer et a apporté sa propre marionnette. Le papa fait des bulles par derrière pour ajouter des effets spéciaux au spectacle familial. Sur les quatre dessins, on retrouve deux éléments communs : la table et le pinceau. J’ajoute à cela un autre dessin. Nous sommes encore au mois d’octobre et je décide de participer au challenge que se donnent certains illustrateurs de publier sur la toile des dessins faits seulement à l’encre. C'est l'"inktober". Bien sûr, le vrai challenge, j’ai cru comprendre, c’est de publier chaque jour du mois d’octobre un dessin à l’encre. Chose impossible avec trois enfants en bas âge. Le premier dessin avec les sorcières était comme vous l’aurez remarqué, déjà un dessin à l’encre. SUivent quatre petits dessins apparaissant en négatif sur un carnet moleskine avec des lignes. Les zones blanches forment le dessin. On peut y voir, tout d’abord, une maman (je ne sais pas trop comment la caractériser, mais les mots « dame » « femme » « jeune femme » ne me satisfont pas) qui voudrait discuter de _____________________, sujet qui lui tient à coeur. Le même personnage apparaît en pleine réflexion sur le deuxième dessin avec devant elle une feuille blanche. Manque d’inspiration ? Sur le troisième, elle demande à sa fille de patienter un peu avant qu’elle ne s’occupe de son problème (probablement une énième dispute avec sa soeur qui lui a déchiré son album) et enfin sur le dernier, on voit la maman qui fait un petit spectacle de marionnettes qui amuse le bébé mais aussi la petite fille tandis que la grande aimerait elle aussi participer et a apporté sa propre marionnette. Le papa fait des bulles par derrière pour ajouter des effets spéciaux au spectacle familial. Sur les quatre dessins, on retrouve deux éléments communs : la table et le pinceau. J’ajoute à cela un autre dessin.

Nous sommes encore au mois d’octobre et je décide de participer au challenge que se donnent certains illustrateurs de publier sur la toile des dessins faits seulement à l’encre. C'est l'"inktober". Bien sûr, le vrai challenge, j’ai cru comprendre, c’est de publier chaque jour du mois d’octobre un dessin à l’encre. Chose impossible avec trois enfants en bas âge. Le premier dessin avec les sorcières était comme vous l’aurez remarqué, déjà un dessin à l’encre. SUivent quatre petits dessins apparaissant en négatif sur un carnet moleskine avec des lignes. Les zones blanches forment le dessin. On peut y voir, tout d’abord, une maman (je ne sais pas trop comment la caractériser, mais les mots « dame » « femme » « jeune femme » ne me satisfont pas) qui voudrait discuter de _____________________, sujet qui lui tient à coeur. Le même personnage apparaît en pleine réflexion sur le deuxième dessin avec devant elle une feuille blanche. Manque d’inspiration ? Sur le troisième, elle demande à sa fille de patienter un peu avant qu’elle ne s’occupe de son problème (probablement une énième dispute avec sa soeur qui lui a déchiré son album) et enfin sur le dernier, on voit la maman qui fait un petit spectacle de marionnettes qui amuse le bébé mais aussi la petite fille tandis que la grande aimerait elle aussi participer et a apporté sa propre marionnette. Le papa fait des bulles par derrière pour ajouter des effets spéciaux au spectacle familial. Sur les quatre dessins, on retrouve deux éléments communs : la table et le pinceau. J’ajoute à cela un autre dessin.

Octobre passe, nous voici en novembre. Fini l'encre. Nous avons sorti les écharpes, le vent s'est levé, les cours de français ont adopté le rythme qu'ils auront toute l'année. Avec les couleurs est apparu également un décors. La table et le pinceau sont encore présents. J'aime bien faire des suites comme ça. C'est comme raconter une petite histoire sans paroles.

Octobre passe, nous voici en novembre. Fini l'encre. Nous avons sorti les écharpes, le vent s'est levé, les cours de français ont adopté le rythme qu'ils auront toute l'année. Avec les couleurs est apparu également un décors. La table et le pinceau sont encore présents. J'aime bien faire des suites comme ça. C'est comme raconter une petite histoire sans paroles.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de celiniko sur le portail Overblog

Commenter cet article