Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cléopâtre.

Il y a quelques mois, Léa m'avait demandé de la dessiner en petite sorcière. Elle avait été satisfaite du résultat, par conséquent moi aussi, car elle est sans doute la plus critique de mon entourage à l'égart de mes aquarelles. Depuis quelques temps, elle me répétait qu'elle voulait que je la peigne en Cléopâtre. Alors, après plusieurs recherches sur le sujet avec elle, après avoir choisi les bijoux qu'elle désirait, après qu'elle m'a fait part de sa volonté d'être accompagnée d'un animal, je me suis mise à l'oeuvre. Pourquoi Cléopâtre? Et bien, pour l'expliquer, il faut passer par la Gaule. Fidèle lectrice de Goscinny, tout comme son père et sa mère, Léa connait également le film d'Alain Chabat, qui pour moi reste le plus réussi de tous les Asterix au cinéma, et le film d'animation de 1968, qui ne vieillit pas forcément bien, mais qui respire l'humour de Goscinny, humour qui lui ne vieillit pas. Elle et sa soeur sont d'ailleurs fascinées par la scène du bain, dans laquelle le goûteur de Cléopâtre goûte jusqu'au savon, annoncé pompeusement comme "le savon de Cléopâtre". Phrase devenue culte à la maison, mais qui pour Zoé (3 ans, presque 4 ans, mais ici j'insisterai davantage sur le 3 ans) s'est transformé en "Le caca de CLéopâtre !" (et elle pouffe de rire sur les toilettes). Dans cette même scène, Cléopâtre est accompagnée de son lion, mais je n'ai pas trouvé d'image de lion qui soit légèrement en plongée. Par contre j'ai trouvé un tigre, pas d'Egypte mais de Chine méridionale. Bon, soit, Cléopâtre aurait très bien pu le recevoir en cadeau. Par ailleurs, je passe sous silence à ma fille toute l'histoire de Cléopâtre, sa relation avec César et Marc-Antoine, sa mort tragique quoiqu'énigmatique. Elle l'apprendra en temps voulu, car si je lui racontais maintenant, je crois que le nombre de ses questions augmenterait de manière exponentielle, jusqu'à celles auxquelles on aboutit, et auxquelles je suis bien incapable de répondre, et qui concernent la mort, la vie, la poule et l'oeuf. Nous avons quand même survolé (je faisais attention aux images que je montrais évidemment) les films éponymes de 1963 et de 1999. Nous avons retenu du premier le collier, fait avec les pièces de monnaie de César si je me rappelle bien, et du dernier film le diadème qu'elle porterait (oui vraiment juste le diadème, parce que l'actrice a l'air bien trop douce et sa beauté est trop moderne pour incarner celle de Cléopâtre). Les hiéroglyphes, je les ai pêchés par ci, par là sur le net. J'arrête ici ma présentation, car ma fille, qui a droit de regard sur tout ce qui concerne cette peinture car elle est à elle, trouve mon texte bien trop long. Ci-dessous, vous pouvez voir les différentes étapes du dessin.

Il y a quelques mois, Léa m'avait demandé de la dessiner en petite sorcière. Elle avait été satisfaite du résultat, par conséquent moi aussi, car elle est sans doute la plus critique de mon entourage à l'égart de mes aquarelles. Depuis quelques temps, elle me répétait qu'elle voulait que je la peigne en Cléopâtre. Alors, après plusieurs recherches sur le sujet avec elle, après avoir choisi les bijoux qu'elle désirait, après qu'elle m'a fait part de sa volonté d'être accompagnée d'un animal, je me suis mise à l'oeuvre. Pourquoi Cléopâtre? Et bien, pour l'expliquer, il faut passer par la Gaule. Fidèle lectrice de Goscinny, tout comme son père et sa mère, Léa connait également le film d'Alain Chabat, qui pour moi reste le plus réussi de tous les Asterix au cinéma, et le film d'animation de 1968, qui ne vieillit pas forcément bien, mais qui respire l'humour de Goscinny, humour qui lui ne vieillit pas. Elle et sa soeur sont d'ailleurs fascinées par la scène du bain, dans laquelle le goûteur de Cléopâtre goûte jusqu'au savon, annoncé pompeusement comme "le savon de Cléopâtre". Phrase devenue culte à la maison, mais qui pour Zoé (3 ans, presque 4 ans, mais ici j'insisterai davantage sur le 3 ans) s'est transformé en "Le caca de CLéopâtre !" (et elle pouffe de rire sur les toilettes). Dans cette même scène, Cléopâtre est accompagnée de son lion, mais je n'ai pas trouvé d'image de lion qui soit légèrement en plongée. Par contre j'ai trouvé un tigre, pas d'Egypte mais de Chine méridionale. Bon, soit, Cléopâtre aurait très bien pu le recevoir en cadeau. Par ailleurs, je passe sous silence à ma fille toute l'histoire de Cléopâtre, sa relation avec César et Marc-Antoine, sa mort tragique quoiqu'énigmatique. Elle l'apprendra en temps voulu, car si je lui racontais maintenant, je crois que le nombre de ses questions augmenterait de manière exponentielle, jusqu'à celles auxquelles on aboutit, et auxquelles je suis bien incapable de répondre, et qui concernent la mort, la vie, la poule et l'oeuf. Nous avons quand même survolé (je faisais attention aux images que je montrais évidemment) les films éponymes de 1963 et de 1999. Nous avons retenu du premier le collier, fait avec les pièces de monnaie de César si je me rappelle bien, et du dernier film le diadème qu'elle porterait (oui vraiment juste le diadème, parce que l'actrice a l'air bien trop douce et sa beauté est trop moderne pour incarner celle de Cléopâtre). Les hiéroglyphes, je les ai pêchés par ci, par là sur le net. J'arrête ici ma présentation, car ma fille, qui a droit de regard sur tout ce qui concerne cette peinture car elle est à elle, trouve mon texte bien trop long. Ci-dessous, vous pouvez voir les différentes étapes du dessin.

Voici les différentes étapes de mon dessin. J'ai commencé par dessiner Léa, puis j'ai créé son décors en suivant deux points de fuite différents. J'aurais dû d'ailleurs, je crois, j'apprends, les mettre au même niveau. J'ai ensuite ajouté les détails. Puis une fois le dessin achevé, j'ai tout recopié avec mes stylos pigma micron. J'ai commencé par peindre le tigre, avec la volonté de rendre sa fourrure vivante, puis j'ai peint Cléopatre, avec l'angoisse que la ressemblance avec Léa ne disparaisse sous l'aquarelle. Puis j'ai peint ses bijoux, sa robe, sa ceinture, et finalement tout le décors, dont les détails m'ont un petit peu fatiguée.     Voici les différentes étapes de mon dessin. J'ai commencé par dessiner Léa, puis j'ai créé son décors en suivant deux points de fuite différents. J'aurais dû d'ailleurs, je crois, j'apprends, les mettre au même niveau. J'ai ensuite ajouté les détails. Puis une fois le dessin achevé, j'ai tout recopié avec mes stylos pigma micron. J'ai commencé par peindre le tigre, avec la volonté de rendre sa fourrure vivante, puis j'ai peint Cléopatre, avec l'angoisse que la ressemblance avec Léa ne disparaisse sous l'aquarelle. Puis j'ai peint ses bijoux, sa robe, sa ceinture, et finalement tout le décors, dont les détails m'ont un petit peu fatiguée.
Voici les différentes étapes de mon dessin. J'ai commencé par dessiner Léa, puis j'ai créé son décors en suivant deux points de fuite différents. J'aurais dû d'ailleurs, je crois, j'apprends, les mettre au même niveau. J'ai ensuite ajouté les détails. Puis une fois le dessin achevé, j'ai tout recopié avec mes stylos pigma micron. J'ai commencé par peindre le tigre, avec la volonté de rendre sa fourrure vivante, puis j'ai peint Cléopatre, avec l'angoisse que la ressemblance avec Léa ne disparaisse sous l'aquarelle. Puis j'ai peint ses bijoux, sa robe, sa ceinture, et finalement tout le décors, dont les détails m'ont un petit peu fatiguée.     Voici les différentes étapes de mon dessin. J'ai commencé par dessiner Léa, puis j'ai créé son décors en suivant deux points de fuite différents. J'aurais dû d'ailleurs, je crois, j'apprends, les mettre au même niveau. J'ai ensuite ajouté les détails. Puis une fois le dessin achevé, j'ai tout recopié avec mes stylos pigma micron. J'ai commencé par peindre le tigre, avec la volonté de rendre sa fourrure vivante, puis j'ai peint Cléopatre, avec l'angoisse que la ressemblance avec Léa ne disparaisse sous l'aquarelle. Puis j'ai peint ses bijoux, sa robe, sa ceinture, et finalement tout le décors, dont les détails m'ont un petit peu fatiguée.
Voici les différentes étapes de mon dessin. J'ai commencé par dessiner Léa, puis j'ai créé son décors en suivant deux points de fuite différents. J'aurais dû d'ailleurs, je crois, j'apprends, les mettre au même niveau. J'ai ensuite ajouté les détails. Puis une fois le dessin achevé, j'ai tout recopié avec mes stylos pigma micron. J'ai commencé par peindre le tigre, avec la volonté de rendre sa fourrure vivante, puis j'ai peint Cléopatre, avec l'angoisse que la ressemblance avec Léa ne disparaisse sous l'aquarelle. Puis j'ai peint ses bijoux, sa robe, sa ceinture, et finalement tout le décors, dont les détails m'ont un petit peu fatiguée.     Voici les différentes étapes de mon dessin. J'ai commencé par dessiner Léa, puis j'ai créé son décors en suivant deux points de fuite différents. J'aurais dû d'ailleurs, je crois, j'apprends, les mettre au même niveau. J'ai ensuite ajouté les détails. Puis une fois le dessin achevé, j'ai tout recopié avec mes stylos pigma micron. J'ai commencé par peindre le tigre, avec la volonté de rendre sa fourrure vivante, puis j'ai peint Cléopatre, avec l'angoisse que la ressemblance avec Léa ne disparaisse sous l'aquarelle. Puis j'ai peint ses bijoux, sa robe, sa ceinture, et finalement tout le décors, dont les détails m'ont un petit peu fatiguée.
Voici les différentes étapes de mon dessin. J'ai commencé par dessiner Léa, puis j'ai créé son décors en suivant deux points de fuite différents. J'aurais dû d'ailleurs, je crois, j'apprends, les mettre au même niveau. J'ai ensuite ajouté les détails. Puis une fois le dessin achevé, j'ai tout recopié avec mes stylos pigma micron. J'ai commencé par peindre le tigre, avec la volonté de rendre sa fourrure vivante, puis j'ai peint Cléopatre, avec l'angoisse que la ressemblance avec Léa ne disparaisse sous l'aquarelle. Puis j'ai peint ses bijoux, sa robe, sa ceinture, et finalement tout le décors, dont les détails m'ont un petit peu fatiguée.     Voici les différentes étapes de mon dessin. J'ai commencé par dessiner Léa, puis j'ai créé son décors en suivant deux points de fuite différents. J'aurais dû d'ailleurs, je crois, j'apprends, les mettre au même niveau. J'ai ensuite ajouté les détails. Puis une fois le dessin achevé, j'ai tout recopié avec mes stylos pigma micron. J'ai commencé par peindre le tigre, avec la volonté de rendre sa fourrure vivante, puis j'ai peint Cléopatre, avec l'angoisse que la ressemblance avec Léa ne disparaisse sous l'aquarelle. Puis j'ai peint ses bijoux, sa robe, sa ceinture, et finalement tout le décors, dont les détails m'ont un petit peu fatiguée.

Voici les différentes étapes de mon dessin. J'ai commencé par dessiner Léa, puis j'ai créé son décors en suivant deux points de fuite différents. J'aurais dû d'ailleurs, je crois, j'apprends, les mettre au même niveau. J'ai ensuite ajouté les détails. Puis une fois le dessin achevé, j'ai tout recopié avec mes stylos pigma micron. J'ai commencé par peindre le tigre, avec la volonté de rendre sa fourrure vivante, puis j'ai peint Cléopatre, avec l'angoisse que la ressemblance avec Léa ne disparaisse sous l'aquarelle. Puis j'ai peint ses bijoux, sa robe, sa ceinture, et finalement tout le décors, dont les détails m'ont un petit peu fatiguée.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de celiniko sur le portail Overblog

Commenter cet article